Base d’écriture : CAMINO DEL NORTE, etc.

LE CAMINO DEL NORTE : Le Chemin du Nord, classé patrimoine mondial UNESCO.

Il s’agit d’un chemin balisé, pratiqué depuis le Moyen Âge.

Depuis les quatre coins de l’Europe, son itinéraire est aujourd’hui signalé par des bornes caractéristiques.

Il s’agit de l’un des chemins jacquaires qui, encore aujourd’hui, résiste aux tracés des autoroutes.

Peu nombreux sont celles et ceux qui décident de l’emprunter. Ce chemin a la réputation d’être plus difficile, plus physique et plus long que les autres.

C’est ce chemin que j’ai décidé d’emprunter, en Espagne, pour me rendre jusqu’à Santiago de Compostela depuis le Mont-Saint-Michel : Le Chemin du Nord. Chemin que j’ai rendu encore plus long puisque passé par la côte de la Bretagne nord et de la Bretagne sud ainsi que par toutes les îles du Ponant avant de commencer à descendre la façade Atlantique.

Son balisage est inscrit dans la pierre : Parfois signalé d’or, en certains endroits, tant c’est un chemin sacré.

Arrivés à Santiago de Compostela, tous ceux qui ont décidé de suivre et d’arpenter ce célèbre CAMINO DEL NORTE, du début jusqu’à la fin, sont pris d’une émotion indescriptible…

LE CAMINO DEL NORTE fait, de ceux qui l’ont emprunté, des êtres à jamais différents et à jamais transformés.

Arrivé à Santiago de Compostela, en ayant suivi sur toute sa longueur ce célèbre CAMINO DEL NORTE, j’y serai arrivé à l’issue de 5 mois 1/2 de marche avec plus de 20 kg de matériel sur les épaules, là où d’ordinaire les rares personnes qui décident de l’emprunter ne le font qu’avec 12 kg grand maximum.

Après avoir emprunté ce CAMINO DEL NORTE, pouvoir s’asseoir au beau milieu de la place de la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, assis devant le Parador, pour coudre le dernier écusson de tout ce périple, est un acte sacré.

Difficile à traduire, tant ce Chemin du Nord transforme…

Il fait verser des larmes…

Que seul un plaisir simple, de pouvoir partager un simple verre de cidre avec l’homme avec lequel j’y serai arrivé, arrive à apaiser.

Éric DEMY, ce compagnon de route avec lequel je serai arrivé à Santiago de Compostela (Compagnon au plein sens du terme en ce sens qu’il a fait le Compagnonnage pendant 7 ans avant de devenir ébéniste), est un homme que je ne vais maintenant jamais plus oublier.

Après Santiago de Compostela, j’ai prolongé ce chemin.

A un endroit, il se sépare en deux directions : J’ai suivi ces deux directions.

En suivant la première, je suis allé jusqu’à CABO FISTERRA.

Là encore, vive émotion, tant entre Santiago de Compostela et Cabo Fisterra, il se passe quelque chose de très spécial, de très particulier…

La transformation s’opère sur ce chemin…

Après Santiago de Compostela, cette transformation va même jusqu’à s’inscrire de façon subtile dans l’inversion du balisage…

C’est de cette transformation et de ce très célèbre CAMINO DEL NORTE que j’ai suivi jusqu’à MUXIA, jusqu’au Sanctuaire de la Vierge de la Barque, que je m’en vais maintenant parler en écriture. Ce chemin, hier pratiqué par Saint-François d’Assise, n’est vraiment pas n’importe quel chemin… Aussi, trois mois d’écriture ne me seront pas de trop pour en parler.

Bien à vous.

JFA
www.aillet.com

Jean-François Aillet

A propos Jean-François Aillet

Sculpteur / Designer / Marcheur : Après plus de 60.000 km parcourus seul en auto-stop à travers toute l'Europe dès l'âge de 14 ans, dont un peu plus de 22.000 km parcourus à pied, une Marche Maritime de 3200 km par la côte en 6 mois de marche, 7 jours sur 7, par tous les temps avec 20 kg de matériel sur les épaules depuis le Mont-Saint-Michel jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle via le Camino del Norte, Cabo Fisterra et Muxia, 800 km parcourus à pied autour de l'île de Molène en 180 jours de marche insulaire en mer d'Iroise à la vigie des embruns, passé la cinquantaine, ça apprend la simplicité et l'humilité. Dans le cadre de BALTICA ATLANTICA, je viens de traverser l'Europe à pied depuis MUXIA jusqu'à UPPSALA. Voir : Credencial Globale. Je vous en souhaite une agréable découverte. MISE à JOUR en COURS.
Ce contenu a été publié dans 05 - RETOUR DE MARCHE, 06 - RESIDENCE D'ECRITURE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.