J + 011 / St BRIEUC (Résumé de PLURIEN à PLENEUF-VAL-ANDRE)

Après une dernière bière de l’amitié bue avec Gilles CHERTIER et JUJU (le cuistot du Bar du Centre de PLURIEN), je me suis remis en marche en fin de journée, sous la lumière des champs de colza (Brassica napus), quittant PLURIEN en direction d’ERQUY où je suis arrivé tard en soirée, admirant en chemin l’activité côtière…

Passant devant les cueilleurs de moules, face à l’îlot Saint-Michel, aux Sables-d’Or-les pins…

Là, j’ai ramassé ce coquillage, devant les chapelets de moules, avec en arrière-plan l’îlot Saint-Michel.

Je suis arrivé à ERQUY bien après le coucher du soleil. J’y ai dormi à même la roche, sur le granit rose, le long de la laisse maritime, à la belle étoile, en écoutant la mer, sous le clair de lune. Là, j’ai dormi comme un bébé !

Je me suis remis en marche à l’aube, les yeux écarquillés, la tête remplie du ressac de la nuit sur les galets.

Après ERQUY, j’ai vu que la mer était passée, pendant le weekend, par dessus la digue de protection et qu’elle était venue déposer sa laisse entre les lampadaires, juste au pied des immeubles…

J’ai cherché un bar où aller prendre un café, mais tout était fermé ! Alors j’ai continué à marcher jusqu’à ce que j’arrive au Dréneuf. Là, je suis allé frapper à la porte de Roseline et Bernard Gorin, lesquels m’ont généreusement offert un café chaud, le temps de causer. Et, puisque dans la vie il n’y a pas de hasard, en montrant à Roselyne les photos des 110 premières collectes, nous nous sommes arrêtés sur la collecte N°0050 face à laquelle Roselyne m’apprend que son mari, Bernard Gorin, est un ancien de la marine marchande qui a également servi sur le Marion Dufresne (le premier Marion Dufresne). Il fallait donc que j’aille jusqu’à PLURIEN pour croiser sur mon chemin deux anciens marins du Marion Dufresne. Je suis heureux de ces deux rencontres en lien avec la collecte N°0050 d’Audrey Duval qui me mène à ces deux marins.

Après le Dréneuf, j’ai continué mon chemin en direction de PLENEUF. Là, je suis tombé nez-à-nez, le long de la laisse côtière, avec les fameuses coquilles Saint-Jacques d’ERQUY.

En marchant en direction de PLENEUF, arrivé à VAL ANDRE, je suis enfin tombé nez-à-nez avec ceux que je cherchais à rencontrer depuis mon départ du Mont-Saint-Michel, me demandant quand j’allais finir par les croiser…

Ceux qui font que cette MARCHE MARITIME est possible. Ceux qui à longueur d’année travaillent à entretenir ce fameux Chemin des Douaniers. Mon bonheur aura donc été de les croiser pour la première fois à VAL ANDRE en la personne d’Emmanuel TURBIN et la personne de Denis HOUZE.

J’ai posé mon sac afin de les saluer et pour passer un petit moment avec eux, le temps de leur expliquer et de leur présenter cette MARCHE MARITIME faite sur ces bouts de chemins qu’ils installent et qu’ils entretiennent par tous les temps.

Après avoir présenté les sables collectés à Emmanuel et à Denis, je les ai invités à signer mon Carnet de Route.

J’ai été très touché par la dédicace laissée sur mon Carnet de Route par Emmanuel : « Modeste jardinier qui rend, je l’espère, plus agréables ces longues marches sur le littoral. Enfin un homme appréciant notre travail. Bon courage et chapeau ! » Emmanuel TURBIN

Ensuite, je me suis remis en marche vers PLENEUF, sachant enfin maintenant mettre un visage sur ces personnes qui font un aussi beau métier.

A PLENEUF, j’ai rencontré Romarie COME qui m’a offert une bière au Bar L’Alambic après que nous ayons longuement conversé au bar. Il m’a beaucoup parlé de détails géographiques et historiques que seuls des autochtones peuvent connaître afin de mieux guider mes pas.

Ensuite, j’ai appris que notre Anthropologue Natacha Androusov vient justement de manquer la MARCHE (c’est le cas de le dire), puisqu’elle s’est tout simplement foulé la cheville, à Paris, après la projection de son film et qu’elle ne pourra pas rejoindre la marche avant un mois.

Résultat : 3 semaines d’attelles, en béquilles, à Paris, pour Natacha Androusov. Ah, c’est certain que venir faire le Chemin des Douaniers avec des béquilles, c’est pas le pied !

Bon ! Qu’à cela ne tienne ! Ce sera donc une traversée de toute la façade bretonne en solo. Cela va me rappeler ma marche en solo durant 1 mois 1/2 lorsque j’ai traversé seul le Péloponnèse.

En la circonstance, je vais m’efforcer simplement de prendre un peu plus d’images en espérant que Natacha se remettra vite de cette foulure à la cheville et penser à elle comme une invitation à faire très attention aux miennes.

Pour l’heure, je suis à SAINT-BRIEUC jusqu’au samedi midi 12 avril, le temps de recharger mes batteries, avant de me remettre en marche vers la Côte de Goëlo où je vais prendre le temps d’aller explorer les moindre détails et faits historiques. Car, là…, entre SAINT-BRIEUC et l’île de BREHAT où je suis rejoint par François Talvast et Isabelle Fournier, j’ai de quoi faire et quelques Mairies et Capitaineries à aller voir.

A SAINT-QUAY-PORTRIEUX, en début de semaine, Paule et André RIBERT viennent spécialement de Normandie avec leur camping-car pour m’y offrir un plateau de fruits de mer. Tu vois ce que tu manques, Natacha ! Oui, je sais, tu vas me donner un coup de béquille, là, et tu auras tout à fait raison !

Bien à vous, au plaisir de vous lire
et de vous rencontrer.

www.aillet.com

Jean-François Aillet

À propos de Jean-François Aillet

Sculpteur : Après plus de 50.000 km parcourus seul en auto-stop à travers toute l'Europe dès l'âge de 14 ans, dont un peu plus de 15.000 km parcourus à pied, une Marche Maritime de 3200 km par la côte en 6 mois de marche, 7 jours sur 7, par tous les temps avec 20 kg de matériel sur les épaules depuis le Mont-Saint-Michel jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle via le Camino del Norte, Cabo Fisterra et Muxia, 800 km parcourus à pied autour de l'île de Molène en 180 jours de marche insulaire en mer d'Iroise à la vigie des embruns, passé la cinquantaine, ça apprend la simplicité et l'humilité. Voir : Credencial Globale. Je vous en souhaite une agréable découverte.
Ce contenu a été publié dans 2 / CÔTES D'ARMOR. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.