Marche en Allemagne : KÖLN / EUSKIRCHEN

image

C’est la quatrième fois que je visite la ville de Cologne. Sa Cathédrale, dont, rien que l’histoire et la durée de sa construction, nous donne toute la mesure que peut être cette rescapée difficile à faire tenir dans un simple objectif d’appareil photo. Il faut vraiment avoir un grand angle et prendre du recul pour pouvoir la saisir dans son ensemble.

image

La première fois que je me suis trouvé à ses pieds, il y a maintenant presque 40 ans, j’y étais arrivé à pied. Cette fois-ci, j’ai décidé d’en repartir à pied pour me rendre au FZKKE, chez mon ami artiste allemand Rudiger Axel Westphal, en ayant décidé de suivre ce petit bout de chemin en Allemagne à travers la banlieue de Cologne jusqu’à Euskirchen.

image

Avec Rudiger je suis déjà allé dans beaucoup d’endroits en Europe et en Allemagne. Nous avons déjà parcouru ensemble en voiture probablement un peu plus de 7000 km sur les routes allemandes où nous nous étions rendus en 2007 à la Documenta 12.

image

Là, c’est un honneur que j’ai décidé de réserver et de rendre à un grand ami artiste allemand, en décidant d’arriver à pied jusque devant sa porte.

image

Bon, ce n’est pas vraiment la mer à boire : 38 km à pied en Allemagne en suivant le fléchage allemand des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

image

C’est une très bonne manière et une excellente façon de découvrir, avec précision, comment les allemands se sont organisés pour signaler ces chemins qui traversent leur pays.

image

Tout ce que je peux dire aujourd’hui est que le fléchage qu’ils ont mis en place est véritablement très bien fait.

image

Il n’y a absolument aucune possibilité de se perdre, même lorsqu’on ne parle pas l’allemand. La langue n’est cependant par un obstacle tant tous les jeunes allemands parlent pour ainsi dire tous anglais ou comprennent parfaitement l’anglais et leur sens de l’accueil est à la hauteur de cette compréhension de l’autre qui passe.

image

Ce que j’ai découvert en Allemagne ? D’abord, c’est la très grande connaissance que les allemands ont des itinéraires des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Ensuite, c’est l’immense respect qu’ils donnent et qu’ils réservent aux pèlerins.

image

Il faut bien avoir conscience, bien comprendre et reconnaître que l’Allemagne est, elle aussi, traversée par toute une myriade d’itinéraires.

image

The “Walking Pilgrim” nous le montre bien au travers de ce site très détaillé de Peter Robins qui est, à ma connaissance, à ce jour, le plus fourni, le mieux détaillé et, de loin, le plus intéressant de tous les sites que j’ai pu voir, traitant des Chemins menant vers Santiago de Compostela.

Je vous recommande vivement d’aller vous y perdre un jour pour mieux vous y retrouver.

Il n’y a vraiment qu’en France, que les français pensent égoïstement que le chemin vers Saint-Jacques de Compostelle commence à Vézelay et/ou au Puy-en-Velay. Il en est vraiment tout a fait autre.

Vézelay et/ou le Puy-en-Velay ne sont rien d’autre que des étapes et non des points de départ. C’est cette dimension réductrice que l’on perçoit très bien ici de la France et de l’importance de la portée européenne de tous ces chemins. C’est vraiment depuis l’extérieur de la France que l’on en prend conscience, que l’on comprend et que l’on se rend compte de toute la dimension européenne, bien avant l’heure, de ces chemins occultés trop souvent par des intérêts de Politique interne.

Là, c’est vraiment quelque chose qui veut dire quelque chose dans la tête des gens. Le pèlerin est respecté à un point tel que cela se sent et se ressent dans tous les villages auprès des populations locales.

Ici, le pèlerin n’est pas perçu comme un marcheur comme les autres ni comme un simple touriste mais comme quelqu’un qui fait une vraie démarche.

image

J’en ai eu la preuve de façon tellement significative quand je suis arrivé à Brühl dans les heures de midi que cela m’a touché. On a vraiment des leçons à prendre…

image

Je n’y étais jamais venu de ma vie. C’était vraiment la première fois que je m’y rendais et que j’y posais mes sacs juste pour quelques minutes le temps de me reposer.

A peine avais-je fini de me déharnacher et ai-je eu le temps de poser mes sacs à terre que, tout de suite, quelqu’un est venu à ma rencontre pour se soucier immédiatement de mesurer mon état de fatigue afin de se soucier de savoir si j’allais bien et pour m’installer pour que je me sente bien. C’est de cette façon que j’ai été accueilli et reçu par Tasso Simeonidis, à Brühl.

image

Juste avant, c’était une vieille dame dans un village qui m’avait offert une pomme et donné un grand verre d’eau en m’invitant à entrer chez elle alors que nous ne parlions pas la même langue. Juste les yeux pour nous comprendre dans le regard.

image

Bien à vous, au plaisir de vous lire
et de vous rencontrer.

www.aillet.com

Jean-François Aillet

A propos Jean-François Aillet

Sculpteur / Designer / Marcheur : Après plus de 60.000 km parcourus seul en auto-stop à travers toute l'Europe dès l'âge de 14 ans, dont un peu plus de 22.000 km parcourus à pied, une Marche Maritime de 3200 km par la côte en 6 mois de marche, 7 jours sur 7, par tous les temps avec 20 kg de matériel sur les épaules depuis le Mont-Saint-Michel jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle via le Camino del Norte, Cabo Fisterra et Muxia, 800 km parcourus à pied autour de l'île de Molène en 180 jours de marche insulaire en mer d'Iroise à la vigie des embruns, passé la cinquantaine, ça apprend la simplicité et l'humilité. Dans le cadre de BALTICA ATLANTICA, je viens de traverser l'Europe à pied depuis MUXIA jusqu'à UPPSALA. Voir : Credencial Globale. Je vous en souhaite une agréable découverte. MISE à JOUR en COURS.
Ce contenu a été publié dans Marche en Allemagne, VISUELS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.