De HENDAYE à PASAIA via le JAIZKIBEL…

Au 108ème jour de Marche Maritime…

Elle apparaît au sortir de la Voie de Soulac. A la fin, on est tellement habitué au sable, à la platitude voire lassitude qu’on ne peut se la représenter. On sait bien quelque part dans notre imaginaire que c’est différent, que cela va être différent, et que l’on va nécessairement la voir surgir, apparaître, émerger, à un moment ou à un autre, tôt ou tard, mais l’on ne sait pas quand. Via le Tro Breiz en passant par la Voie de Soulac, j’aurai mis 108 jours pour y arriver.

█ “ …/… Les Pyrénées sont une chaîne montagneuse du sud-ouest de l’Europe. Elles s’étendent en longueur selon une direction est-ouest sur une distance approximative de 430 kilomètres depuis la mer Méditerranée (Cap de Creus) jusqu’au golfe de Gascogne (Cabo Higuer). Culminant à 3 404 mètres d’altitude au pic d’Aneto, les Pyrénées forment une véritable barrière géographique séparant la péninsule ibérique au sud du reste de l’Europe continentale au nord. Elles constituent une frontière naturelle entre l’Espagne et la France …/…

Ça, c’est ce que j’en avais lu dans les livres ! En y arrivant par la plage, c’est totalement différent. Tout d’abord la ligne d’horizon est plate pendant des jours et des jours : la traversée des Landes… Avancer, marcher, aller tout droit. Il n’y a pas d’autre solution, avancer. Au bout sera la récompense. Elle apparaît sur la ligne d’horizon aux environs de Vieux-Boucau-les-Bains.

Entre Vieux-Boucau et Saint-Jean-de-Luz s’opère alors une modification mentale progressive. Prendre conscience que quelque chose va changer… Ne pas savoir encore dire vraiment quoi… C’est après avoir passé Biarritz que la conscience se réveille. C’est là que le changement s’opère réellement. Prendre conscience de ce qu’il y a en face : une montagne.

Si au premier plan les estivants s’adonnent à cœur joie à aller patauger dans l’eau (ce dont je ne me suis pas privé), à cet instant mon attention est désormais fixée sur ce qu’il y a en face sur la ligne d’horizon et qu’il va falloir que je franchisse alors que j’ai la cheville en très mauvais état. Depuis plusieurs jours je ne peux plus poser le pied par terre sans ressentir à chaque pas une douleur musculaire lancinante et ce que j’ai en face de moi n’est pas vraiment un truc pour les gamins ni pour les randonneurs du dimanche estivants mais un truc qu’il va  vraiment me falloir passer et par où il va falloir que je passe avec deux sacs et 20 kg de matériel sur le dos.

DERNIER BIVOUAC AVANT DE PASSER LA FRONTIÈRE : Le changement radical apparaît juste au sortir de Saint-Jean-de-Luz, dernier bivouac avant la frontière, lorsque j’ai dormi au pied du sémaphore de Socoa. Là, spectacle grandiose à l’aplomb des falaises, plus rien ne ressemble à ce que j’ai marché depuis 108 jours. La Bretagne à côté, c’est plat ! Les Côtes d’Armor, entre Saint-Brieuc et la pointe de Bilfote, n’étaient qu’un jeu d’enfant à passer pour me mettre en condition physique pour aborder ce qui se présente en face.

…/… Frère aîné de l’apôtre Jean, Jacques le Majeur est réputé avoir évangélisé l’Espagne dont il est devenu le Saint-Patron. De retour de Palestine, il aurait été décapité en l’an 44 sur ordre d’Hérode Agrippa 1er et son corps enseveli en Galice par ses disciples. Au IXe siècle, l’ermite Pelage, attiré par des lumières surnaturelles aurait découvert le sépulcre du Saint, d’où le nom de COMPOSTELLE (champs d’étoiles). La nouvelle de la manifestation miraculeuse se répand dans toute l’Europe médiévale et marque le début du pèlerinage de Saint-Jacques, le plus important d’Occident après celui de Rome. Durant deux siècles, des milliers de pèlerins partent des quatre coins de l’Europe vers Puente la Reina, en Espagne, départ du “Camino Francès”, à 800 km de Compostelle. Des monastères et des hospices sont construits sur le chemins pour accueillir les “jacquets” et un guide est édité à leur attention. Certains, effrayés par la traversée du massif montagneux par les cols d’Ibaneta ou de Ronceveaux préfèrent suivre la route du littoral passant par Saint-Jean-de-Luz…

PREMIER BIVOUAC EN ESPAGNE : J’ai passé la frontière la veille, à Hondarribia, en prenant un petit bateau à Hendaye qui m’a fait franchir la Bidassoa. C’est là que les choses sérieuses commencent, juste après que je sois allé visiter la statue de la Vierge noire dans cette petite chapelle de Guadalupe. Quand je suis sorti de la chapelle, j’ai suivi le balisage et là, quelques centaines de mètres après, je suis arrivé face à cette double direction…

Lezo à gauche : LES AUTRES PÈLERINS !

Lezo à droite : PÈLERINS ALPINISTES !!!

Cette indication “PÈLERINS ALPINISTES” m’a tellement fait rire que j’étais littéralement écroulé de rire avec mes deux sacs de 20 kg sur le dos lorsque j’ai lu cela. Je me suis dit qu’au moins, de ce côté là de la frontière, ils avaient le sens de l’humour !!! Là, je n’ai pas hésité une seule seconde à choisir ma direction !  J’ai pensé : “LES AUTRES PÈLERINS” ? C’est un chemin pour les amateurs et pour les petits joueurs ça, ce n’est pas un chemin pour moi ! Alors je suis allé tout droit en disant : PÈLERINS ALPINISTES, c’est pour moi ça et j’ai commencé à monter, à grimper, à escalader, à agripper les branches, les racines des arbres, les rochers en direction du JAIZKIBEL tant après la chapelle de Guadalupe, ça grimpe plutôt fort !!!

Il m’a fallu 4 heures pour arriver au sommet du JAIZKIBEL. Par cette ascension, la vue que l’on découvre de la France avant de la quitter est impressionnante tant là on se rend compte que finalement c’est tout petit. La vue que l’on découvre lorsque l’on arrive au sommet du JAIZKIBEL nous fait voir tout le golfe de Gascogne, toute la traversée des Landes, pratiquement jusqu’au Pyla. En arrivant là haut j’ai pris conscience que la France est toute toute toute toute petite.

Ici commence l’Espagne. Ici commence le Camino del Norte pour une marche de 900 km allant du sommet du JAIZKIBEL au sanctuaire de la Vierge de la Barque à Muxia. 900 km que j’aurai parcouru en 48 jours.


Ah, oui, c’est clair, le passage des Pyrénées, ça calme.

Après le passage des Pyrénées, pendant 900 km, on rencontre sur ce chemin des êtres que l’on ne rencontrera probablement jamais nul part ailleurs tant ils sont différents de tous les autres êtres que l’on pourra rencontrer dans une vie. Ce sont des êtres qui sont hors du temps, porteurs d’une tradition qui a su traverser les âges pour arriver jusqu’à nous. Mon dieu, comme j’ai aimé croiser cet homme sur mon chemin. Avec son âne, il était parti depuis le début du mois d’avril, en était à plus de 1600 km de marche et était sur le chemin du retour lorsque nous nous sommes croisés.

Bien à vous, au plaisir de vous lire.

JFA
www.aillet.com

Jean-François Aillet

A propos Jean-François Aillet

Sculpteur / Designer / Marcheur : Après plus de 60.000 km parcourus seul en auto-stop à travers toute l'Europe dès l'âge de 14 ans, dont un peu plus de 22.000 km parcourus à pied, une Marche Maritime de 3200 km par la côte en 6 mois de marche, 7 jours sur 7, par tous les temps avec 20 kg de matériel sur les épaules depuis le Mont-Saint-Michel jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle via le Camino del Norte, Cabo Fisterra et Muxia, 800 km parcourus à pied autour de l'île de Molène en 180 jours de marche insulaire en mer d'Iroise à la vigie des embruns, passé la cinquantaine, ça apprend la simplicité et l'humilité. Dans le cadre de BALTICA ATLANTICA, je viens de traverser l'Europe à pied depuis MUXIA jusqu'à UPPSALA. Voir : Credencial Globale. Je vous en souhaite une agréable découverte. MISE à JOUR en COURS.
Ce contenu a été publié dans 03 - VOIE DE SOULAC, 04 - CAMINO DEL NORTE, 3 / PYRENEES-ATLANTIQUES, VISUELS, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.